Bar Hemingway

Cole Porter pouvait y passer jusqu’à neuf heures par jour, il y aurait composé "Begin the Beguine". F. Scott Fitzgerald y avait sa place attitrée. Ernest Hemingway et Gary Cooper en avaient fait leur épicentre parisien et y refaisaient le monde. La légende n’est plus à écrire. Mais elle renaît chaque soir. Les incroyables créations du Chef Barman Colin Field sont la référence pour tous les amateurs de cocktails à travers le monde. Et si l’on vient dans cette alcôve intimiste et chaleureuse pour tâter de son shaker, c’est aussi, encore et toujours, pour l’enivrant parfum arty qui flotte dans ce lieu magique. La nuit commence et finit au Ritz Paris.
 

Prendre un verre 18h00 à 02h00
Le mot du Chef Barman

Colin Field

« Un cocktail se boit trois fois : une fois avec les yeux, une fois avec le nez et finalement, avec le palais ».

Une affirmation que chacun pourra vérifier à l’issue de la dégustation de ses fabuleux cocktails.

Le saviez-vous

Démesure

Comme Ernest Hemingway, ici-même, lorsqu'il « libéra » le bar des allemands, enchaînant 51 Dry Martini à la suite.